Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted on Mai 4, 2012 in Coups de Scan | 0 comments

Coup de Scan : Premier Week End Bêta de Guild Wars 2 (partie 2)

 

Le PvE : L’histoire personnelle et les Quêtes Publiques

Je ne vais pas vous mentir, lorsque je joue à la bêta d’un MMORPG, je ne passe généralement pas beaucoup de temps sur le PvE et les quêtes, tout simplement parce que les personnages créés lors de ces évènements sont temporaires, ce qui signifie qu’il faudra de toutes façons repasser par là lors de la sortie du jeu.

Et ne nous le cachons pas, rares sont les contenus PvE que l’on a envie de refaire dans un MMO, d’autant plus que parfois, il va falloir les refaire des dizaines de fois pour avancer (voir des milliers de fois comme dans Lineage 2 et dans une moindre mesure Aion).

Alors qu’en est-il du PvE de Guild Wars 2?

Eh bien je n’y ai pas non plus passé beaucoup de temps, non pas à cause de sa qualité, mais tout simplement parce que pour moi le véritable intérêt du jeu d’Arena Net, c’est le pvp.

J’irais jusqu’à dire que le PvE dans GW2 est un agréable bonus, car oui il est agréable mais pas grâce à l’originalité de ses quêtes, qui somme toute sont assez classiques (tuez tant de ceci, ramenez tant de cela) mais plutôt dans leur structure et leur aspect libre.

A part pour votre histoire personnelle sur laquelle je reviendrais plus tard, le jeu ne nous oblige pas à parler aux NPC dans un ordre prédéfini pour obtenir nos quêtes. Il suffit d’arriver dans une nouvelle zone et paf, l’interface vous annonce qui a besoin de vous et de quelle manière vous pouvez contribuer. La bonne idée ici, c’est que tous joueurs présents dans la zone contribuent à résoudre le problème, et celui ci est réellement résolu une fois la barre de progression arrivée à 100%

 

Une progression moins linéaire qui s’ouvre à l’exploration

En effet, s’il faut repousser une attaque de centaures, une fois suffisamment de ces créatures tuées, les centaures sont effectivement repoussés et vous pouvez les voir s’enfuir. Vous aurez  ensuite accès à la prochaine étape, qui consiste à les trouver sur leur territoire pour les massacrer afin de les dissuader de recommencer.

Et si vous ne voulez pas repousser les centaures, qu’à cela ne tienne, allez chercher une autre zone plus à votre goût, ou changez carrément de monde pour profiter du World v World et continuer à progresser en xp et en loots.

C’est là toute la différence, vous n’êtes pas tenu par la main, vous n’êtes pas forcé de compléter telle ou telle chaîne de quêtes pour pouvoir explorer la zone suivante.

Vous êtes liiiiiibree!

 

Enfin pas tout à fait : l’histoire personnelle

C’est là qu’intervient votre propre quête, celle de votre personnage, basée sur un système d’instances classique durant lesquelles les passant peuvent vous accompagner.

Durant ces missions, vous êtes le héros, celui à qui les NPC s’adressent, un peu comme dans le MMO Star Wars de Bioware, sauf qu’ici vous ne prendrez a priori aucune décision significative, le dialogue se déroulant sans intervention de votre part.

Les combats dans ces instances sont difficiles, surtout si vous n’êtes pas au niveau requis, ce qui est plutôt une bonne chose. La difficulté de GW2 est d’ailleurs évidente dès la sortie du tutorial : vous vous ferez sans doute botter les fesses plusieurs fois avant de bien maîtriser le système de combat.

Je n’ai pas spécialement apprécié ces quêtes personnelles, qui me sont apparues comme des perturbations dans mon exploration du monde de Guild Wars 2, un frein à la liberté ressentie lorsque l’on peut se balader d’une zone à l’autre.

Elles restent malgré tout relativement bien réalisées et agréables, et je suis curieux de voir ce que donneront les quêtes plus avancées, lorsque les enjeux seront plus épiques que d’arrêter une bande de brigands cachés sous un moulin.

 

Le PvP : WvW et King of the Hill

Récemment un ami avec qui je passe la majeure partie de mon temps de jeu multi m’a posé la question suivante : De Diablo 3 et Guild Wars 2, lequel semble être le plus propice à un investissement sur le long terme?

Après réflexion, j’ai choisi Guild Wars 2 pour la raison suivante : Le PvP.

Si l’on peut alimenter artificiellement l’intérêt d’un jeu PvE en ajoutant du contenu, en variant les boss, en faisant toujours plus grand et plus beau, rien n’égale la montée d’adrénaline d’un affrontement entre joueurs lorsque l’issue du combat décide de qui possédera le château ou la forteresse qui forme le décor du clash.

Les sièges de Lineage 2, 24H sur 24 et 7 jours sur 7? Fuck Yeah!

Même si je n’ai pas eu l’occasion de véritablement faire l’expérience du WvW, j’ai passé pas mal de temps en arène, suffisamment pour bien appréhender le système de combat ainsi que les multiples possibilités de builds offertes par Guild Wars 2, et je peux affirmer sans crainte de me tromper que de porter le nombre de joueurs impliqués à 50, 100 voir même 200 est une chose que j’ai longtemps cherché à retrouver.

L’existence de 3 factions résout le problème créé avec le RvR de WoW : si une faction prend le dessus, les 2 autres trouveront un moyen de s’allier pour renverser sa domination.

Incroyable qu’il ait fallut attendre 2012 pour retrouver ce système inauguré (ou au moins glorifié) par Dark Age of Camelot qui est pourtant le seul type de RvR qui fonctionne!

Le PvP dans GW2 est rapide, intense, et les divers skills de contrôle permettent toutes sortes de tactiques viables, comme ma Guerrière Norn au fusil, assaisonnant des ennemis de loin avec ses balles provoquant le saignement, et repoussant à coups de crosse quiconque l’approchait, immobilisant les fuyards à l’aide de bolas et passant au marteau à deux mains s’il le fallait.

Et un fusil dans un MMORPG Heroic Fantasy, c’est la classe. Point.

 

Casual ou Hardcore, il y en a pour tous

C’est quelque chose que l’on entend souvent pendant la phase de marketing d’un MMO, quand on pose aux développeurs la question de la cible de leur jeu, ils répondent sans arrêt que tout le monde trouvera son bonheur, les joueurs occasionnels comme hardcores gamers.

Je serait tenté de dire que dans Guild Wars 2, c’est vraiment le cas.

En effet, vous avez le choix, si vous voulez seulement PvP, rendez vous dans le coeur des brumes et vous voilà niveau 80 avec toutes les skills, paré à vous rendre en arène. Il n’y a que la zone du tutorial à compléter avant d’accéder à ces arènes. Vous aurez ainsi affaire à un jeu ressemblant fortement au premier Guild Wars, voir dans une certaine mesure à un MOBA tel que League of Legends.

Si vous souhaitez uniquement PvE, laissez vous aller et poursuivez votre quête personnelle tout en participant aux quêtes de zones, vous aurez ainsi une expérience quasi standard.

Et si vous voulez allier les deux et participer à la vie politique du serveur, alors rendez-vous dans le WvW, 4 zones massives dans lesquels trois serveurs différents s’affrontent pour le contrôle des forteresses et des bonus associés.

Vous aurez alors les points de vie d’un niveau 80, tout en conservant les même skills et items que dans le mode PvE. L’originalité, c’est que vous pourrez progresser en XP et en loots tout en affrontant d’autres joueurs.

Il sera ainsi possible d’alterner entre PvE et WvW en gardant le même personnage et en poursuivant son évolution sans interruption.

Ma conclusion sur ce que j’ai vu de Guild Wars 2 : Un mélange très bien réalisé et suffisamment varié pour entraîner un investissement à long terme, mais pas la Révolution du MMORPG proclamée par tous les fanboys. En tout cas, j’y jouerais! Et vous?