Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted on Mai 16, 2012 in Coups de Scan | 0 comments

Coup de Scan : 2ème Stress Test de Path of Exile

Décidément, les Hack’N’Slash sont en train de faire leur grand retour! Après la sortie de Diablo 2, de nombreux studios se sont essayés à l’exercice, généralement avec très peu de succès.

Il y a bien eu des exceptions comme Titan Quest ou Torchlight, mais aucun n’a réussi à égaler la qualité du jeu de Blizzard.

Malgré tout, le succès de Diablo 2, comme celui du premier opus avant lui, a entraîné une vague de « Diablo Like » et c’est un phénomène qui est en train de se reproduire avec l’arrivée de Diablo 3.

Mais quelque chose semble avoir changé cette fois. En effet, si les précédentes vagues semblaient n’être que des tentatives pour profiter d’une vague en créant des jeux moyens et buggués jusqu’à la moelle, cette fois les développeurs semblent avoir compris que l’on ne s’intéressera pas à leur jeu si celui ci n’est pas au moins excellent.

Presque tout le monde est au courant que Diablo 3 est sorti le 15, et s’il tient ses promesses (ce qui semble être le cas), les fans de Hack’N’Slash n’auront pas besoin d’un autre jeu avant longtemps, les développeurs qui s’y risquent doivent donc tout tabler sur l’originalité d’un ou plusieurs aspects de leur jeu.

Path of Exile est-il original?

Un système de progression inspiré par les Final Fantasy

Grinding Gear Games a décidé de prendre la route de la personnalisation, non pas de l’apparence, mais des skills et des caractéristiques, en s’inspiration de la série des Final Fantasy et d’autres rpg consoles.

En effet, à chaque niveau vous obtiendrez un point qui vous permettra de débloquer une nouvelle case dans une sorte de toile d’araignée qui n’est pas sans rappeler la Sphere Grid de Final Fantasy 10 :

Stress Test de Path of Exile : La grille des compétences

Chaque case vous conférera des points dans une caractéristique, comme par exemple l’intelligence ou encore la puissance des sorts. Régulièrement vous atteindrez des cases légèrement plus grandes qui contiennent des bonus plus importants, comme celle qui boostera les points de vie et les dégâts infligés par vos zombies et squelettes.

Chaque classe de personnage démarre à un certain endroit de la toile mais puisqu’ils sont tous sur la même, il est possible de choisir un chemin qui vous emmènera dans la zone de départ d’une autre classe.

Ce système permet donc une personnalisation incomparable, vous autorisant à vous spécialiser ou à rendre votre personnage plus équilibré. Là où FF10 proposait une grille somme toute assez peu intéressante (principalement des bonus de stats et des sorts), celle de Path of Exile permet de favoriser l’un ou l’autre build grâce à ses cases orientées comme celle qui améliore vos invocations.

Mais la comparaison avec les Final Fantasy ne s’arrête pas là, puisque les skills en elles même sont distribuées sous la forme de gemmes (comme les materias de FF7) qui gagnent en niveau (comme dans FF7) et que l’on peut combiner avec des gemmes de soutiens (encore une fois, comme dans FF7).

Vous pourrez ainsi équiper deux fois la gemme d’invocation de zombies, et pour peu qu’elles soient de niveaux différents, vous serez capable d’invoquer 2 zombies en même temps.

On notera aussi l’absence de pièces d’or, remplacées par un système se rapprochant plus du troc. On utilisera donc des parchemins d’identification ou des fragments d’enchantement pour commercer avec les marchands ou les joueurs.

Les points positifs

Malheureusement je n’ai pas eu beaucoup de temps pour jouer à Path of Exile ce week end et je ne peux donc pas vous proposer un compte rendu en détail, je me contenterais de lister ce que j’ai apprécié et ce qui m’a moins plu.

Pour commencer, la personnalisation des personnages est incroyable, en tout cas en termes de passifs. Path of Exile étant un Free to Play, on peut craindre que les Re-spécialisations soient payantes en euros, mais la quantité de builds possibles semble énorme, entraînant une grande rejouabilité, surtout lorsque l’on est fan du mode Hardcore.

Les skills sous forme de gemmes me rappellent FF7 et donc je ne peux qu’approuver ce système. D’autant plus que cela signifie qu’il sera possible d’échanger ses skills, quelque chose qui ne s’est pas encore vu dans ce genre de jeux.

L’ambiance m’a semblé assez originale, très « pirate et vaudou », ce que je n’ai trouvé nul part ailleurs. Les graphismes sont correctes sans plus. Le fait que les flèches restent plantées dans nos adversaires est une touche sympathique et l’éclairage dans les grottes est très bien réalisé de même pour les effets des compétences.

Les créatures ont d’ailleurs un design original, ce qui est agréable à une époque où le gobelin et le squelette sont la norme dans tout univers Heroic Fantasy.

Stress Test Path of Exile : Des effets visuel sympathiques

Les points négatifs

L’angle de vue m’a beaucoup perturbé, j’ai mis un temps à m’y adapter et en regardant à nouveau les screenshots, je suis toujours aussi perplexe. Est-il un peu trop grand?

L’inventaire est minuscule et les objets immenses, ce qui pousse à faire comme à l’époque de Diablo 2 : ne prendre que le meilleur et s’arranger pour organiser son inventaire du mieux possible. Il s’agit selon moi d’un élément qui aurait dut changer, comme dans Diablo 3 et Torchlight 2 où l’on peut ramasser beaucoup plus avant de devoir rentrer en ville. Path of Exile utilise donc ici une mécanique d’un autre temps que certains apprécieront peut être.

Le combat est assez mou, même si le son d’impact des armes est satisfaisant, on ne retrouve pas les explosions graphiques des concurrents, où les ennemis sont littéralement projetés à travers la salle ou réduits en bouillie.

Stress Test Path of Exile : Les points négatifs

Conclusion :

Path of Exile semble être un jeu au potentiel relativement élevé. En effet, il propose la personnalisation des passifs que l’on regrette de ne pas trouver dans Diablo 3, ainsi qu’un univers noir et sérieux qui ne semble pas se trouver dans Torchlight 2, tout en étant Free to Play.

Je pense donc que le jeu de Grinding Gear Games trouvera son publique, puisqu’il ne présente a priori aucun défaut majeur, qu’il est original et surtout, gratuit.

Allez, ça c’est fait, je peux retourner sur Diablo 3!