Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted on Juil 4, 2012 in Tests Critiques | 0 comments

Test Critique : Diablo 3

Ça y est, j’ai terminé le mode Enfer avec mon barbare, le moment de donner mon avis final sur Diablo 3 est enfin venu. Difficile de donner un avis définitif avant l’arrivée des classiques patch d’équilibrage et de modifications des objets, mais au final un test c’est ça, analyser un jeu tel qu’il est au moment de sa sortie. Et quel jeu, mais peut être pas aussi bon que ce que l’on pouvait espérer. J’ai déjà beaucoup parlé de Diablo 3, notamment par rapport à Diablo 2 et aux autres Hack’N’Slash, ainsi qu’en analysant en détails la Bêta, je me contenterais donc ici d’un test classique et non pas d’une dissertation, ce qui veut dire que je n’aborderais pas la nécessité d’être toujours en ligne, les problèmes de serveurs et l’hôtel de vente à argent réel.

Le meilleur gameplay à ce jour dans un Hack’N’Slash

Diablo 3 dispose d’un gameplay tout simplement excellent. Tout est maîtrisé, les coups sont violents et les impacts brutaux, les compétences sont très visuelles et les monstres meurent de façon jouissive. Le personnage est très réactif, si tant est que vous ne souffriez pas de lag, et il vous faudra esquiver, vous placer correctement, récupérer les globes de vie lâchés  par les monstres pour vous soigner au bon moment et surtout réserver vos compétences longues à recharger pour la bonne occasion.

Une difficulté et une progression beaucoup trop linéaire

Je vous le disais déjà dans un précédent article, le mode normal est d’une facilité à mourir d’ennui. Vous pourrez traverser le jeu en regardant votre série préférée, en discutant au téléphone ou sur skype, parfois même en n’utilisant qu’une seule main, jamais vous ne rencontrerez de challenge en mode normal. Quant au mode cauchemar, c’est à peine plus difficile mais le jeu commence quand même à devenir plus intéressant. Le mode enfer offre enfin une difficulté satisfaisante, et vous mourrez sans doute quelques fois si vous êtes une classe à distance, et plus souvent si vous êtes au corps à corps.

Un système de compétences excellent une fois au niveau maximum

Pour vous donner un ordre d’idée, je dirais que je me suis ennuyé sur Diablo 3 entre le niveau 1 et 30, puis entre le niveau 50 et 60. Dans ce jeu, vous obtenez des compétences et des runes à chaque niveau, et tout ce que vous obtenez est prédéterminé par le jeu, vous choisissez ensuite un nombre limité de ces compétences pour former votre barre de raccourcis. Ça ne vous rappelle rien?

Oui, c’est bien un système équivalent à ceux que l’on trouve dans les FPS multijoueurs tels que Battlefield ou Call of Duty. Un système incompréhensible puisque toutes les compétences sont sensés être équivalentes en terme de puissance, il s’agit donc ni plus ni moins d’un prémachage, un immense tutoriel qui donne accès aux compétences petit à petit, histoire de ne pas nous donner trop de choix pour que l’on ne prenne pas peur. Résultat pour un joueur expérimenté : On s’emmerde jusqu’au niveau 30, moment où l’on a accès à toutes les compétences.

Ensuite commence le véritable jeu, avec un challenge limité en mode cauchemar puis correct en mode enfer, jusqu’au niveau 50 où vous commencerez à sentir que votre progression commence à dépendre des objets que vous trouvez. Et pour trouver plus d’objets rares, il vous faut le buff de Valeur des Nephalems, obtenu seulement au niveau 60.

Il s’agit d’un bonus cumulable 5 fois, obtenu en tuant un champion ou un héros, et qui vous donnera plus de chances de trouver des objets magiques. Un indispensable donc quand vous commencez à être bloqué à cause de la faible puissance de votre matériel.

Une fois niveau 60 avec toutes les compétences et runes débloquées, ainsi qu’un accès à la Valeur des Nephalems, vous pourrez modifier votre build en fonction de vos envies et de votre équipement, le jeu devenant enfin suffisamment intéressant après presque 40 heures de jeu.

Diablo 3 : Les compétences

Des objets peu variés et un hôtel des ventes dont l’impact est difficile à mesurer

Un Hack’N’Slash c’est avant tout des loots, des objets générés aléatoirement qui peuvent être soit complètement nuls, soit incroyablement surpuissants.

Mon avis sur la gestion des loots dans le jeu de Blizzard est assez mitigé. Les propriétés des objets sont peu nombreuses, encore moins sont intéressantes et les objets uniques n’ont pas grand chose de plus par rapport aux objets magiques et rares. On aurait aimé des propriétés stupides du style 0.5% de chance de transformer l’ennemi en poule.

On se rappelle de Diablo 2 qui proposait des uniques capables de rendre viables des builds originaux, certes ceux ci sont venus bien après la sortie du jeu original, mais c’est quand même Diablo 3, la suite. C’est difficile d’accepter que l’on ne puisse pas retrouver ces améliorations, qui ont fait de Diablo 2 un jeu culte, directement à la sortie du 3.

L’hôtel des ventes est une nouveauté, une amélioration pour certains, une idiotie sans nom pour d’autres. Auparavant, quand on voulait échanger nos objets durement acquis, il fallait passer par des sites plus ou moins sécurisés.

De même, pour vendre contre des euros, il fallait accepter de prendre le risque de se faire arnaquer. Son apparition facilite et sécurise ces échanges, mais les rend aussi beaucoup plus accessibles et donc beaucoup plus importants dans le gameplay du jeu.

Difficile de dire si le fait de pouvoir acheter exactement l’objet que l’on veut diminue l’intérêt de Diablo 3, qui est après tout presque entièrement basé sur la quête des objets ultimes. Parce qu’au final, on achète une arme puissante pour pouvoir progresser plus rapidement, mais on continue aussi à jouer pour pouvoir trouver des armes puissantes.

L’hôtel des ventes ne diminue t-il donc pas au final la durée de vie du jeu?

Des graphismes simples mais qui remplissent leur rôle et un aspect scénaristique risible

Les textures ne sont pas très belles et voir le personnage de prêt à l’écran de démarrage n’est pas spécialement agréable. Par contre, les effets visuels sont agréables à regarder et lorsque l’on joue à 4, la débauche de lumière multicolores est relativement bien gérée et une fois la partie bien entamée, on constate assez peu de ralentissement. Curieusement, les débuts de parties sont très laborieux et il faut parfois plusieurs minutes avant que le jeu cesse de tourner au ralenti, ce qui n’encourage pas à sauter directement dans l’action dès qu’on lance une partie.

Diablo III : Ecran de lancement

Une identité visuelle  très sympathique

On a beau affirmer que Diablo 3 est moins sombre que le 2 (qui lui même était jugé moins sombre que le 1), force est de constater que la direction artistique a fait un travail remarquable, étant donné la relative faiblesse technique des graphismes. Les différents actes sont variés et agréables à traverser, mise à part une partie de l’acte 2 qui, comme dans Diablo 2, reste celui que j’aime le moins. Je regrette quand même la jungle de Kurast et j’espère retrouver un lieu similaire pour l’extension à venir. Les cinématiques sont quant à elles vraiment excellentes, « qualité Blizzard » en somme, au niveau d’experts tels que NCSoft et Square Enix

Une interface utilisateur au poil

J’ai tendance à accorder une importance plus grande à la qualité de l’interface utilisateur qu’aux graphismes du jeu en lui même, et dans Diablo 3 cette interface est véritablement parmi les meilleures à ce jour. Tout est clair, propre, et même si les compétences auraient pu être mieux rangées, tout ce qui a trait aux objets est d’excellente facture. Il manque quand même un bouton pour réorganiser automatiquement l’inventaire ou au moins le coffre.

Cependant, tout n’est pas parfait et là où Blizzard a raté son coup, c’est pour l’hôtel des ventes, où il est difficile de trouver ce que l’on cherche.

Diablo III : L'hôtel des ventes

Une bonne ambiance pour un scénario ridicule

Difficile de prendre les démons primordiaux au sérieux quand ils passent leur temps à vous apparaître en vous disant « Tu n’arriveras jamais à vaincre mon serviteur A » puis « Tu as vaincu mon serviteur A, mais pendant ce temps mon serviteur B passait par derrière hahahaha! » et enfin « Tu as peut être vaincu mes serviteurs A et B mais je suis le démon le plus puissant, tu ne réussiras jamais hahahaha! ».

Bref, des interventions ridicules ponctuées par des répliques passables de la part de nos compagnons npc qui, après leur 10ème itération, deviennent passablement énervantes. Les personnages alliés sont quant à eux impossibles à prendre au sérieux, à l’image de Léah, qui ne croit pas un mot de son oncle quand ce dernier lui affirme que les démons existent, alors même que des morts vivants prennent son village d’assaut.

Un aspect positif par contre, les descriptions audio des créatures que l’on rencontre et des lieux que l’on traverse, qui aident à mieux comprendre le monde de Sanctuaire et qui sont complètement optionnelles, permettant ainsi de les zapper une fois le mode normal complété.

Diablo 2 était un jeu au scénario quasi absent, ajouté à la va vite une fois le développement quasi terminé, de l’aveu même des développeurs originaux. Et pourtant sa discrétion était infiniment plus passionnante que l’omniprésence des répliques stupides proférées par les démons et les compagnons toutes les 5 minutes.

Diablo III : Un scénario ridicule

Une petite note au sujet de la musique

Je n’ai pas fait attention à la musique jusqu’à l’acte 4, où celle ci est relativement correcte même si largement inférieure à celle de Diablo 2. Les musiques d’ambiance sont tellement discrètes qu’il m’a fallut modifier les réglages pour tout diminuer et mettre la musique à fond, pour ne serait-ce que la remarquer de temps en temps.

Au final la bande son est sympathique mais sans plus.

Conclusion :

Diablo 3 est une super production qui, comme toutes les super productions, a oublié l’essentiel : la profondeur du gameplay. Les développeurs ont essayé d’en faire un jeu moderne, en intégrant une histoire plus présente avec de nombreuses répliques et semi cutscenes et en simplifiant au maximum la gestion des compétences.

Les cutscenes, les interventions des démons, des répliques des npcs, tout ça pour moi ne sert à rien et n’aurait pas dut prendre une place aussi importante. Le mode normal est une vaste perte de temps et les propriétés des objets sont bien trop génériques et peu nombreuses.

Mais au final, j’y ai déjà joué plus d’une centaine d’heure, chose qui n’arrive que très rarement ces temps ci pour moi, et le gameplay ainsi que l’appât du loot suffisent à me faire jouer encore et encore, et c’est bien là l’essentiel.

Un bon jeu qui aurait pu être un grand jeu s’il s’était concentré sur l’essentiel. Et n’oublions pas que les patchs et l’extension peuvent améliorer le gameplay

Les plus :

      • Un système de combat jouissif et parfaitement maitrisé
      • Une finition et une interface utilisateur exemplaires
      • Les descriptions audio des monstres et lieux
      • Addictif

Les moins :

      • Un scénario ridicule
      • Une bande son trop discrète
      • Un mode normal inutile pour 20 heures de temps perdu
      • Intéressant seulement au niveau max ou presque (ça ne vous rappelle quelque chose?)